Les domaines problématiques

La TIP classique œuvre dans le cadre de domaines problématiques qu’elle prend comme focus de la thérapie. Ces domaines découlent de certains événements de vie qui sont fortement corrélés à la dépression. Il s’agit des conflits interpersonnels, des deuils pathologiques ainsi que des transitions de rôle (changements de statut social). La TIP-A postule que ces domaines relationnels perturbés sont sous-tendus par une insécurité d’attachement.

Le conflit interpersonnel

« Prendre en considération le point de vue de l’autre, c’est déjà réfléchir sur soi-même. »
Rahioui

En tant que thérapeute, nous sommes régulièrement sollicités pour des consultations motivées par des conflits interpersonnels. Les plus fréquents parmi ces conflits relationnels sont, sans conteste, les conflits de couple.

L’attachement amoureux constitue une caractéristique individuelle que chaque conjoint développe dans sa relation, à travers les interactions du quotidien.

A travers la TIP-A, nous chercherons à ce que le patient ne se sente plus menacé par les conflits grâce à la création d’attentes positives à l’égard du conjoint, en termes de disponibilité et de réactivité. L’aider à développer une meilleure façon de communiquer et d’exprimer ses besoins sera une manière de lui faciliter l’accès à l’autre. Le patient aura également à faire un effort pour modifier sa façon de gérer l’équation « dépendance/autonomie » et l’équilibre « réception/offre » de soutien.

Incontestablement, dans le domaine des conflits de couple, la TIP-A apporte une valeur ajoutée par rapport aux autres thérapies, dans la mesure où nous avons affaire à un membre de cette dyade qui a décompensé, psychiatriquement parlant, dans le contexte d’un conflit conjugal. Il s’agit donc et avant tout de l’aider à sortir de sa dépression et ensuite de le soutenir pour réintégrer la dynamique conjugale dans de meilleures conditions. À ce stade, une thérapie de couple n’aurait pas de sens puisque l’action thérapeutique serait déséquilibrée car elle ne tiendrait pas compte des différences au niveau de l’état psychologique des deux partenaires.

Le deuil pathologique

« Pour qu’un deuil ait une issue favorable, il faut que la personne – tôt ou tard – exprime ses émotions. »
Bowlby

L’endeuillé qui va avoir du mal à franchir les épreuves liées à la perte, en termes notamment de remaniement affectif (l’obligeant à accepter le décès, à en souffrir et à s’adapter à une nouvelle vie), verra parfois l’apparition de troubles dépressifs sévères, apparition qui vient signer l’existence d’un deuil pathologique.

La TIP-A, sur le fondement de la théorie de l’attachement, propose un soin dont les objectifs consistent à faciliter le deuil par une expression ajustée des affects – envahissants ou réprimés – en rapport avec la perte telle que : la tristesse, le manque, la culpabilité, la colère, entre autres. Le tout en lien avec une restructuration des représentations de soi et de l’autre, de manière à faciliter l’adaptation à la nouvelle vie, pour une meilleure transition vers une réorganisation sécurisante.

Les transitions de rôle

« Certains attendent que le temps change, d’autres le saisissent avec force et agissent. »
Dante

Tout au long de notre vie nous faisons face à un ou plusieurs changements. Les transitions qui en résultent permettent à un individu d’évoluer au prix d’un travail psychologique « maturationniste ».

Les étapes de transition ont été reconnues dans un premier temps au détour des études sur le deuil. On a ensuite réalisé que ce processus pouvait être déclenché par n’importe quel événement de vie majeur, qu’il soit bon ou mauvais et qu’il advienne dans la vie personnelle ou professionnelle. En effet, la recherche et la pratique indiquent que les événements de vie positifs, par exemple, un mariage, la naissance d’un enfant ou une nouvelle fonction professionnelle ont un impact aussi important que les événements négatifs dans la genèse des perturbations psychologiques. Depuis, les transitions sont catégorisées dans les trois dimensions suivantes : individuelles, relationnelles et socioprofessionnelles.

La transition se réfère à un processus inscrit dans une dimension nécessitant des remaniements psychiques pour faire face aux événements de la vie.

Face à une situation mal ou pas du tout négociée, la personne vit les bouleversements de façon très douloureuse et n’accepte pas la situation dans laquelle elle se sent enfermée. Les choses sont d’autant plus difficiles à vivre que les remaniements sont synonymes de rupture avec un passé que cette personne a durement façonné et qu’elle n’est pas prête à échanger contre un futur qui va lui demander de renouveler les mêmes efforts, voire d’en fournir de plus importants.

Globalement, l’idée qui sous-tend la démarche thérapeutique de la TIP-A est de comprendre qu’une transition réussie permet au sujet de réaliser des changements sensibles au niveau de sa vision de son monde et de répondre de façon innovante à sa nouvelle réalité. Ainsi, la prise en charge que nous proposons cherche à faire atteindre au patient les objectifs suivants :
– accepter la perte ;
– réaliser les remaniements nécessaires ;
– s’investir dans le nouveau rôle ;
– améliorer ses interactions interpersonnelles proximales.